Gestion durable des pêches et pêches maritimes récréatives: valeur socio-économique.

 

Certaines décisions récentes de la gestion des pêches de l’UE ont souligné la nécessité de disposer de données plus nombreuses et de meilleure qualité sur l’impact et la valeur de la pêche récréative en Europe.

Le 08 mars 2017, un séminaire organisé au Parlement européen par le Forum des pêches récréatives a apporté des exemples et des solutions pour combler cette lacune.


Ce séminaire, intitulé « Gestion durable des pêches et pêches maritimes récréatives: valeur socioéconomique, collecte de données et utilisation des données dans la gestion de l’UE et des États-Unis», a été présidé par les députés Werner Kuhn et Marco Affronte au Parlement européen le 8 mars.

Axée principalement sur la pêche récréative en mer – le plus grand des segments récréatifs mesuré en nombre de participants et l’impact économique. Les huit à dix millions de pêcheurs de la mer en Europe dépensent en moyenne environ 1 000 euros par an par personne sur leur activité, soit un total estimé à 8-10 milliards d’euros.

 

Pendant des années, les institutions de l’UE ont uniquement considéré la pêche récréative et les autres pêcheries récréatives intéressantes si elles affectaient un «stock partagé» (pêché par les pêcheurs commerciaux et récréatifs). Ce n’est que récemment que les législateurs de l’UE se sont montrés plus intéressés par les besoins du secteur des pêches récréatives, par son énorme valeur, par les dizaines de milliers d’emplois qu’elle soutient et par son potentiel de développement.

 

Dans le cadre de la politique commune de la pêche actuelle, le secteur des loisirs n’est pas reconnu ou géré de plein droit ou sur un pied d’égalité avec la pêche commerciale et l’aquaculture. Ceci est au détriment de la pêche récréative et des entreprises et moyens de subsistance de plusieurs milliards d’euros, qui dépendent en tout ou en partie des dépenses des pêcheurs comme le secteur du commerce des bagages dont les préoccupations ont été exprimées par Jean-Claude Bel.

 

« Cela doit changer », a déclaré M. Bel. « La pêche récréative est une activité durable d’une immense importance pour les citoyens et les entreprises européennes. Le secteur des pêches récréatives veut, et mérite, une pleine reconnaissance dans la politique commune de la pêche quand il est en révision, sinon avant ».

 

Les coprésidents de l’événement, le député européen Werner Kuhn et l’eurodéputé Marco Affronte, ont été chargés de la révision du cadre de collecte des données de pêche de l’UE (DCF) au nom du Parlement européen. Le DCF oblige les États membres à recueillir des données sur les captures de certaines espèces de poissons exploitées par des pêcheurs commerciaux et récréatifs. Toutefois, la collecte de données socio-économiques n’est nécessaire que pour les pêcheries commerciales, ce qui désavantage le secteur des loisirs dans la gestion et l’élaboration des politiques de pêche de l’UE. Sans une connaissance socio-économique du secteur récréatif, la gestion des pêches de l’UE ne traitera pas tous les secteurs de la pêche de manière juste et équitable ni ne prendra de bonnes décisions quant à la «meilleure utilisation» des stocks halieutiques. L’eurodéputé Affronte a préconisé que la dimension socio-économique de la pêche récréative soit mesurée et prise en compte dans la gestion des pêches. Malheureusement, le Conseil des ministres s’est opposé à la proposition, car il estime que cela créerait une charge supplémentaire inutile pour les administrations des États membres.

 

Dans son exposé, Mme Sandrine Devos, secrétaire générale de l’industrie nautique européenne, a souligné que le manque de données est également un problème pour l’industrie de la navigation de plaisance. Aux États-Unis, on estime que plus de 50% de toutes les sorties de bateaux impliquent un certain type de pêche récréative, mais ces chiffres sont inconnus pour l’Europe. Ils seraient les bienvenus pour les décisions d’investissement.

 

Mme Sabrina Lovell, économiste récréative de la NOAA (Administration nationale des océans et de l’atmosphère des États-Unis) a donné un aperçu et une présentation inspirante sur la manière dont les pêches maritimes récréatives sérieuses et soigneusement traitées sont traitées aux États-Unis. Avec des pêcheries commerciales pendant des décennies, soutenues par des données économiques et de capture solides.
En 2014, environ 11 millions de pêcheurs de la mer récréatifs des États-Unis ont dépensé 4,9 milliards de dollars en voyages de pêche et 28 milliards de dollars en matériel de pêche durable. Ces dépenses ont contribué pour 60,6 milliards de dollars aux répercussions des ventes sur l’économie des États-Unis et ont soutenu environ 439 000 emplois.

 

Aucune étude détaillée de ce type n’a jamais été réalisée à l’échelle de l’UE. Toutefois, le Parlement européen a récemment demandé une étude sur « La pêche récréative et semi-subsistante – sa valeur et son impact sur les ressources halieutiques et l’environnement », L’étude sera conduite par une équipe dirigée par M. Kieran Hyder du CEFAS Pour la science de l’environnement, des pêches et de l’aquaculture) qui a été l’un des conférenciers invités à l’événement. Le budget alloué à cette étude est limité et son résultat final sera inférieur à ce qui est nécessaire à l’avenir. Mais il s’agit d’une étude pionnière importante, qui devrait orienter les études futures et les termes et la méthodologie à utiliser.

 

  1. Christian Skov, du DTU Aqua (Institut national des ressources aquatiques), a fait une présentation sur un système de journalisation danois convivial avec une application pour les téléphones potables, dont il est responsable. De nos jours, un certain nombre de dispositifs similaires ont été mis au point et mis en place dans divers pays, qui peuvent tous être modifiés pour servir un seul régime d’espèces qui pourrait être des bassins de pêche récréatifs.

 

L’UE peut bénéficier beaucoup plus de la pêche récréative qu’aujourd’hui, mais pour ce faire, il est nécessaire de changer la perception que nos ministres ont de la pêche récréative. La pêche récréative est beaucoup plus que «pour la pêche amusante»: c’est aussi beaucoup d’argent et d’emplois grâce à une utilisation durable des stocks de poisson avec peu ou pas de dommages à l’environnement.

« Nous avons besoin de volonté politique, de moyens économiques et d’un instrument pour collecter ces données », a déclaré le député Affronte. « Le DCF a été une opportunité manquée, mais les associations de pêche récréative se font entendre et le Parlement européen les soutient », a-t-il conclu.

 

 

The importance of socio-economic data for legislators, managers and businesses, by Jean-Claude Bel, CEO, European Fishing Tackle Trade Association (EFTTA)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *